09 décembre 2022 | Tests de VPN
  • Partager :

Suites VPN sur le banc d’essai : un gain de sécurité et des chemins d’accès anonymes

Pour surfer en tout anonymat sur la toile, le mieux est d’utiliser un logiciel VPN. Mais ces logiciels qui ouvrent des chemins d’accès insoupçonnés sur Internet offrent bien d’autres avantages. Ils permettent aussi de contourner le géoblocage ou d’accélérer le ping quand on joue. Le laboratoire d’AV-TEST a analysé deux suites VPN connues et récolté un grand nombre d’informations. Le test a permis de tester les vitesses de téléchargement de fichiers ou de réseaux torrent, mais aussi la confidentialité du côté des fabricants. Si vous souhaitez davantage de sphère privée, nous vous conseillons vivement de miser sur le VPN.

Logiciels VPN pour particuliers sur le banc d’essai
Logiciels VPN pour particuliers

sur le banc d’essai

zoom

Lorsqu’on fait des recherches sur le thème du VPN, la première info disponible est souvent que même le navigateur Opera connaît le VPN. C’est exact. Mais ce qui n’est souvent pas précisé, c’est que le VPN n’est disponible qu’au sein du navigateur et que la vitesse laisse à désirer. Par contre, si l’on veut utiliser une connexion VPN pour toutes les opérations effectuées sur un système Windows, Mac, iOS ou Android, il faut se tourner vers une solution VPN à usage privé.

VPN : des tunnels cachés sur Internet

Pour les non-initiés, l’arrière-plan technique du VPN est simple à expliquer : normalement, la connexion Internet va du PC ou de l’appareil mobile au fournisseur de réseau qui s’adresse aux serveurs correspondants sur le web et renvoie les données et les sites demandés au PC ou à l’appareil terminal. Cet appareil surfe ainsi de manière tout à fait officielle sur la toile. Chaque site web ou chaque serveur connaît l’adresse IP à laquelle il a fourni les données souhaitées. Si quelqu’un analysait tout cela de manière illégale, on aurait vite fait de dresser le profil de l’utilisateur.

Lorsqu’on utilise un logiciel VPN, il est beaucoup plus difficile, voire impossible, de faire une analyse. Dès qu’un logiciel VPN est lancé, tous les souhaits et toutes les demandes de l’utilisateur lui sont adressés en premier. Il utilise la connexion Internet normale, mais son propre serveur intermédiaire. Ce n’est qu’à partir de là que les fichiers ou les contenus de sites web sont collectés et livrés à l’utilisateur. Tous les serveurs ou sites web identifient ainsi un service VPN comme collecteur des données, l’utilisateur lui reste caché et généralement anonyme derrière le service VPN.

Les puristes dans le monde des technologies savent bien entendu que cette description du VPN présente le processus de manière très simplifiée. Ils font aussi partie de ceux qui, lors d’un test, s’intéressent à chaque bit et chaque octet de rapidité ou à d’autres fonctions techniques. Pour ces lecteurs intéressés, le laboratoire de test a créé un fichier PDF supplémentaire avec de nombreux détails.

Test de performance : quelle rapidité offre un logiciel VPN

Même en utilisant un VPN avec tunnel sécurisé : chez Kaspersky et Norton, les débits de données sont toujours très bons, de sorte que même les vidéos passent en toute fluidité via le VPN

zoom ico
Peut-on faire confiance aux fournisseurs de VPN ?

Kaspersky et Norton sont bien positionnés en matière de transparence et de fiabilité. Ils nomment des interlocuteurs et déclarent clairement quelles données sont collectées ou stockées

zoom ico
Bref aperçu des logiciels VPN

Comparaison des fonctions clés et des fonctions supplémentaires des suites VPN de Kaspersky et Norton

zoom ico

1

Test de performance : quelle rapidité offre un logiciel VPN

2

Peut-on faire confiance aux fournisseurs de VPN ?

3

Bref aperçu des logiciels VPN

Logiciels VPN en laboratoire de test

Dans le test actuel, les suites VPN suivantes montrent ce dont elles sont capables :

Les testeurs ont soumis des suites VPN à un test en laboratoire pour en évaluer les performances. Il s’agit bien sûr de la rapidité d’accès à des sites et des services locaux ou internationaux sur Internet. Par ailleurs, les testeurs ont jeté un regard dans les coulisses pour savoir ce que les fabricants entendent par transparence et comment ils gèrent eux-mêmes la sphère privée des utilisateurs.

Toutefois, contrairement aux autres tests, le laboratoire n’attribue pas de points classiques. Si les produits remplissent certaines normes, le laboratoire leur décerne la mention « Approved Virtual Private Network Solution ». Dans le test actuel, les deux produits ont obtenu cette mention.

Téléchargements instantanés, vidéos rapides, pings augmentés

Les testeurs commencent par contrôler la rapidité que la suite VPN offre dans de nombreux domaines. Pour cela, le laboratoire analyse la vitesse d’importation et de téléchargement des fichiers, observent si les vidéos volumineuses passent bien ou si elles sont saccadées et quels sont les temps de ping et de latence avec les serveurs de jeux. Un test supplémentaire présente également les débits de données via ce qu’on appelle les réseaux torrent. Et comme ces données collectées localement avec des serveurs situés en Europe ne leur suffisent pas, les testeurs répètent l’opération avec des serveurs situés sur d’autres continents. Le laboratoire analyse les connexions de l’Europe vers l’Asie, de l’Europe vers les États-Unis, des États-Unis vers l’Asie, puis toutes les paires sont inversées.

Le tableau « Performance Check » donne un aperçu des résultats. Mais comme de nombreux lecteurs ont du mal à ordonner les valeurs en Ko, le laboratoire n’a attribué que trois valeurs de 1 à 3 pour simplifier. Le 1 est la valeur la moins bonne, le 3 est la meilleure et le 2 reflète une performance moyenne comme en offrent beaucoup de produits sur le marché. Là encore : si vous voulez connaître les valeurs numériques exactes en bits et octets, vous les trouverez dans le PDF technique annexé au test.

Les chiffres du tableau montrent rapidement que les deux produits sont dotés d’une infrastructure bien développée en arrière-plan. En particulier au niveau local, c'est-à-dire quand les serveurs se trouvent sur un même continent, les valeurs sont très satisfaisantes. Norton et Kaspersky obtiennent tous deux la valeur 3 en termes de vitesse de téléchargement. Kaspersky obtient même la meilleure valeur pour l’importation de données, et Norton la très bonne valeur de  2,7. Les deux produits présentent également de très bons temps de latence.

Si les serveurs se trouvent sur un autre continent, par exemple dans le cas de connexions de l’Europe vers l’Asie, le débit de données devient généralement plus lent. En téléchargement, Kaspersky parvient à maintenir son 3,0 tandis que Norton, nettement plus lent, n’obtient que 2,0. En importation de données, c’est l’inverse : Norton affiche 2,1, Kaspersky seulement 1,4. À l’issue du test, Kaspersky a vérifié pourquoi cette valeur était si remarquablement basse et nous a déclaré avoir trouvé et corrigé l’erreur. Le temps de latence est aussi bon pour l’un que pour l’autre : 2,0.

Kaspersky Secure Connection Windows

Si on le souhaite, Kaspersky démarre son outil VPN automatiquement à chaque connexion et le point de départ Internet se trouve aux Pays-Bas

zoom ico
Kaspersky Secure Connection Android

Une fois activé, le trafic de données – comme choisi ici – passe entièrement par des serveurs néerlandais sous Android

zoom ico

1

Kaspersky Secure Connection Windows

2

Kaspersky Secure Connection Android

Si vous voulez transférer des données via un réseau torrent, vous pouvez miser sur les deux programmes. À une différence près : chez Kaspersky, torrent est simplement un programme que l’on exécute et utilise via le VPN. On peut choisir le pays librement.

Chez Norton, pour des sessions torrent, il faut se connecter via le menu à des serveurs torrent prédéfinis. Mais l’utilisateur ne sait pas où ils se trouvent. C’est la raison pour laquelle le laboratoire n’a pas pu tester ce critère pour Norton. Avec Kaspersky, le transfert via torrent se fait très rapidement : au niveau local, la valeur est de 2,9, au niveau intercontinental, elle est de 2,7 sur 3.

À quelle vitesse les vidéos sont-elles lues via le VPN ? Ce point est intéressant, car le VPN permet également de contourner le géoblocage. Si, par exemple, une vidéo aux États-Unis ne peut être vue que par les utilisateurs aux États-Unis, il suffit d’utiliser comme point de départ VPN un serveur VPN américain pour passer pour un utilisateur résidant aux États-Unis. Certes, les vidéos ne sont en fait que des téléchargements, mais le laboratoire a tout de même testé quelle qualité on peut obtenir avec le VPN. Lors du test, même les films en 4k sont passés en toute fluidité.

Protocoles, temps de latence, confidentialité

Pour leurs produits, Kaspersky et Norton utilisent différents protocoles VPN. Pour Windows, Kaspersky table sur la rapidité du protocole Hydra, et sur le réputé protocole OpenVPN pour les applications iOS et Android. C’est peut-être parfois un peu plus lent, mais généralement plus stable.

Norton quant à lui utilise le protocole Wireguard relativement récent pour Windows, iOS et Android. Il est censé offrir des connexions rapides, mais ne se démarque que légèrement lors du test de vitesse, à savoir au niveau des données échangées au niveau intercontinental.

Pour les joueurs, les temps de latence mesurés lors du test sont très intéressants. Ils déterminent en effet ce qu’on appelle le temps de ping, c’est-à-dire le temps de réaction. Si le ping est trop lent, le joueur peut réagir aussi rapidement qu’il le veut, sa réaction ne passera pas. Or, Kaspersky et Norton présentent de très bons temps de latence, même lorsque les serveurs des jeux utilisés se trouvent sur un autre continent et s’adressent donc également aux joueurs.

En matière de transparence et de confidentialité, les fabricants des deux produits sont des partenaires fiables. Le tableau sur la transparence montre clairement que Kaspersky et Norton prennent très au sérieux la sphère privée de leurs clients. Il montre également que les deux entreprises ne collectent pas plus de données que nécessaire, qu’elles publient des déclarations de confidentialité et nomment les  délégués à la protection des données dans le groupe. Kaspersky publie même toujours un rapport sur la transparence.

Ces informations permettent à chaque utilisateur de décider lui-même à qui il veut faire confiance en matière de VPN.

Norton Secure VPN Windows

Norton permet même de définir que certaines applications ne passent pas par le VPN lorsque celui-ci est activé – mais d’autres oui

zoom ico
Norton Secure VPN Android

Les utilisateurs du VPN peuvent aussi tout simplement masquer leur adresse IP et leur localisation lorsqu’ils surfent dans leur pays d’origine

zoom ico

1

Norton Secure VPN Windows

2

Norton Secure VPN Android

Des fonctions supplémentaires importantes concernant le VPN

Qu’il s’agisse de l’accès au WiFi lorsqu’on est en déplacement ou d’opérations bancaires en ligne : les suites VPN utilisent des protocoles de tunnel VPN en combinaison avec un cryptage des données. Les deux produits utilisent le cryptage AES de 256-bits, réputé pour sa fiabilité.

Bon à savoir : combien d’appareils la licence permet-elle d’utiliser ? Kaspersky autorise tout simplement 5 appareils. Dans le cas de Norton, il faut décider dès l’achat si l’on souhaite utiliser le VPN sur 1, 5 ou 10 appareils.

Les scénarios d’utilisation possibles sont également très différents selon les systèmes d’exploitation. Norton Secure VPN est disponible pour Windows, iOS et Android. Kaspersky Secure Connection offre un peu plus de flexibilité, car il peut s’utiliser en plus avec MacOS, AndroidTV et FireTV.

Deux bonnes suites VPN dans le ring

La bonne nouvelle : les suites VPN de Kaspersky et de Norton affichent de bonnes performances dans tous les domaines, offrent de la transparence et protègent la sphère privée des utilisateurs. Elles remportent donc la mention « Approved Virtual Private Network Solution ».

Les données de performance mesurées en laboratoire sont assez similaires, à quelques différences près. Par ex, Kaspersky est plus rapide en ce qui concerne le débit de données vers les autres continents au téléchargement, en revanche les importations de données vers les autres continents sont plus rapides chez Norton. Dans l’usage quotidien, les deux produits ne se différencient pratiquement pas. Si vous souhaitez télécharger via un réseau torrent, vous pouvez utiliser les deux produits, sachant toutefois que Norton ne permet pas de choisir librement le pays ou le serveur. Il faut utiliser des serveurs prédéfinis. La solution proposée par Kaspersky est un peu plus simple.

Texte : Markus Selinger 

Social Media

Nous voulons rester en contact avec vous !  Recevez simplement et régulièrement les dernières informations et les publications de test.