10 décembre 2018 | Contrôle parental
  • Partager :

Sur le banc d'essai : logiciels de contrôle parental pour desktops avec Windows 10 & MacOS

En voiture, les parents attachent tout naturellement leurs enfants avec la ceinture de sécurité. Il devrait être tout aussi naturel de les protéger au moyen d’un logiciel de contrôle parental lorsqu’ils utilisent Internet et les réseaux sociaux. AV-TEST a analysé quels produits de contrôle parental sont efficaces comme ceinture de sécurité numérique sous Windows 10 et MacOS.

Kinderschutz-Software für Desktops

mit Windows oder MacOS

zoom

Les enfants ont en partie un accès illimité aux ordinateurs et donc à Internet et ses réseaux sociaux. Aujourd’hui, l’âge des enfants ne joue pratiquement plus aucun rôle : il suffit d’ouvrir le notebook et c’est parti ! Des études effectuées dans le monde entier ont enregistré que déjà 10 à 20 pour cent des enfants à partir de 6 ans utilisent Internet quotidiennement. Plus l’enfant est âgé, plus l’utilisation quotidienne est fréquente.

9 produits de contrôle parental face aux outils internes de Windows 10 & MacOS 

Microsoft et Apple vantent les mérites des fonctions internes et des outils supplémentaires gratuits de contrôle parental sur Windows 10 et MacOS High Sierra. En principe, les produits fonctionnent, mais souffrent de fonctionnalités rudimentaires. La comparaison de systèmes d’exploitation desktop et portable déjà publiée le montre nettement.

Mais qu’en est-il des logiciels de contrôle parental spécialement conçus pour Windows et Mac ? Protègent-ils mieux que la protection de base des systèmes ? Chaque logiciel est doté de fonctions similaires. Il est donc facile de les comparer. Mais les fonctions sont-elles vraiment adaptées aux dangers qui guettent les enfants ? Les experts du laboratoire d’AV-TEST ont défini 7 menaces, puis ils ont contrôlé si les fonctions existantes couvraient ces menaces. Si c’était le cas, la fonction a été considérée comme efficace.

Les produits Kaspersky Safe Kids et Symantec Norton Family ont été soumis à un test approfondi de certification qu’ils ont réussi avec mention. Tous deux obtiennent le certificat « APPROVED Parental Control Windows 11/2018 ». Les outils système de Windows et Mac ont été testés en même temps pour une comparaison directe. Pour les 7 autres produits, seules certaines fonctions ont été testées.

Les produits de contrôle parental devraient protéger les enfants de ces 7 menaces

  • Protection contre le cyberharcèlement
  • Contrôle de l’accès aux contenus pour adultes
  • Contrôle du transfert de données privées
  • Contrôle du temps d’utilisation des appareils
  • Protection contre les pièges à argent en ligne
  • Protection contre le pédopiégeage (grooming)
  • Sécurisation de la sphère privée

Dans le premier article paru sur le thème du contrôle parental, AV-TEST explique la méthodologie du test et sa réalisation au sein des systèmes desktop et portable. C’est pourquoi le résumé de ce test se concentre sur les différents résultats obtenus par les produits testés.

Menaces visées par les logiciels de contrôle parental

Dans le laboratoire, les suites ont été comparées selon des scénarios de menaces actuels

zoom ico
Filtrage de sites Internet par les logiciels de contrôle parental

Tandis que de bons logiciels offrent de nombreuses catégories de filtres, les systèmes d’exploitation protègent contre la pornographie et tout le reste leur est égal

zoom ico
Autres possibilités de réglage

Seuls deux programmes payants disposent d’un module de protection important pour les réseaux sociaux tels que Facebook.

zoom ico
Fonctions de rapport dans les logiciels de contrôle parental

Au premier abord, les systèmes d'exploitation ont de nombreuses fonctions de rapport, mais si l’on y regarde de plus près, les informations ne sont pas assez abondantes

zoom ico

1

Menaces visées par les logiciels de contrôle parental

2

Filtrage de sites Internet par les logiciels de contrôle parental

3

Autres possibilités de réglage

4

Fonctions de rapport dans les logiciels de contrôle parental

« Laisse-moi tranquille » – Protéger contre le cyberharcèlement

Le laboratoire attend d’une protection efficace contre le cyberharcèlement un contrôle du temps d’utilisation ainsi que la protection des profils et des activités, par ex. au moyen d’un contrôle des réseaux sociaux. Facebook en particulier est un canal très fréquemment utilisé dans ce contexte. On y participe à des chats, on y poste des messages et on y publie des photos. Seules les suites de contrôle parental de Kaspersky Lab  et de Symantec proposent un outil de contrôle et de protection pour Facebook. Cette fonction n’existe dans aucun des autres produits ni dans les systèmes eux-mêmes. Tous les produits et systèmes permettent de définir des temps de blocage flexibles pour l’appareil entier. En revanche, seul Kaspersky Lab propose des temps de blocage pour certaines applications.

Les fonctions de rapport sont extrêmement utiles pour les parents, car elles leur permettent d’avoir rapidement un aperçu des activités. Au premier abord, beaucoup de produits ainsi que Windows et MacOS proposent un certain nombre de choses. Mais c’est la qualité des informations traitées et des fonctions supplémentaires qui permet de séparer le bon grain de l’ivraie. Les produits de Kaspersky Lab, Symantec, Windows ainsi que les suites également testées de McAfee, Mobicip, NetNanny et Trend Micro fournissent un aperçu clair de toutes les transgressions. Apple ne fournit aucun aperçu. Si l’on y regarde de plus près, on devrait trouver des listes des sites visités et des sites bloqués ainsi qu’un historique de recherches. De même, le temps d’utilisation de certaines applications devrait être enregistré et il devrait y avoir une liste des applications bloquées, mais tout de même cliquées. Le tableau montre rapidement qu’Apple n’enregistre pratiquement rien. Windows 10 est meilleur sur ce point. Le système enregistre certes beaucoup de choses, mais la valeur informative est en partie très insuffisante. Les programmes de Kaspersky Lab et de Symantec enregistrent beaucoup plus de choses, même si Symantec ne bloque aucune application et ne rend compte de rien à ce sujet.

Accès aux sites pour adultes – bloquer ou non ?

À quels sites les enfants peuvent-ils avoir accès lorsqu’un logiciel de contrôle parental est activé ? Pour le constater, les systèmes et les produits ont d’abord dû filtrer plus de 6 300 sites Internet à contenus inappropriés. Ensuite, il s’agissait d’inspecter près de 2700 sites appropriés et d’en autoriser l’accès. Ce test montre rapidement si les enfants sont bien protégés des mauvais sites. Simultanément, le contre-essai montre également si les produits ont réagi de manière excessive et bloqué trop de sites appropriés. Les suites de contrôle parental de Kaspersky Lab et Symantec offrent de nombreuses catégories de filtres prédéfinies, telles que la pornographie, les jeux de hasard, les chats et les forums entre autres. Le laboratoire a défini 10 catégories au total, comme le montre le tableau ci-dessous. Comme les systèmes d’exploitation ne s’attachent qu’à la pornographie, ils échouent face à tous les autres sites inappropriés. Certains des outils supplémentaires d’autres fournisseurs mis au banc d’essai et dotés de fonctions de contrôle parental ont moins de catégories. C’est pourquoi ils filtrent eux aussi de manière inefficace. Seuls JusProg et Trend Micro proposent plusieurs catégories. Cependant, les quotas de filtrage de JusProg, l’un des logiciels officiellement recommandés par les autorités allemandes, ne sont pas convaincants dans de nombreux domaines, avec une efficacité de filtrage de 10 à 60 %.

Dans le contre-essai, la plupart des outils identifient correctement plus de 90 % des sites appropriés aux enfants et les affichent comme tels. Chez Microsoft et Apple, la valeur est certes plus élevée, mais ils s’en tiennent uniquement au thème de la pornographie. Le reste leur est égal.

Filtrer les sites est une bonne chose, mais en fait, les enfants ne devraient même pas les trouver dans un moteur de recherche. Il existe de plus chez certains prestataires comme Google, Yahoo ou Bing la fonction « recherche sécurisée ». De nombreux outils activent automatiquement cette fonction – mais seulement pour certains moteurs de recherche sélectionnés. C’est également le cas des outils des systèmes d’exploitation. Windows aime tout sauf Google – Apple au contraire n’aime que Google. Les produits certifiés de Kaspersky Lab et Symantec connaissent les moteurs de recherche standard connus tels que Google, Yahoo ou Bing et autres.

Concernant les rapports, les outils de Kaspersky Lab  et Symantec ainsi que les systèmes d’exploitation testés affichent les sites visités et les sites bloqués ainsi qu’un historique de recherches. Ces deux derniers points manquent chez Apple.

Contrôle du transfert de données privées – quand les enfants ne réfléchissent pas

Sur Internet ou sur les réseaux sociaux, les enfants révèlent souvent des données privées sans réfléchir. Les modules de protection pour les réseaux sociaux de Kaspersky Lab et Symantec les en empêchent. Sur ce point, les outils des systèmes d’exploitation sont impuissants. Même la saisie de données privées définies au préalable telles que l’adresse ou le numéro de téléphone sur des sites Internet ou des forums n’est pas contrôlée ni empêchée le cas échéant. Seuls Symantec en est capable.

Mais en réalité, les enfants ne devraient même pas avoir accès à des sites ou à des forums qui par ex. exigent un nombre anormalement élevé de données privées. Un bon filtrage de sites peut empêcher cela. Comme nous l’avons déjà évoqué, ce filtrage ne fonctionne dans le cas des outils système qu’en ce qui concerne la pornographie. Les programmes certifiés de Kaspersky Lab et Symantec protègent de manière plus fiable, car ils effectuent un pré-filtrage dans de nombreuses catégories.

Enfin, la tentative de flux de données privées devrait être documentée en faisant au moins figurer les sites visités dans un rapport. Tous les outils en sont capables, y compris ceux des systèmes.

Contre l’excès de divertissement virtuel : contrôler le temps d’utilisation

Afin que les enfants ne passent pas un temps excessif devant l’ordinateur, les testeurs exigent d’un bon logiciel un ensemble de fonctions de contrôle adaptées telles que le contrôle du temps d’utilisation de l’appareil, un contrôle efficace des applications ainsi que le blocage de sites Internet et des fonctions de rapport performantes sur l’utilisation globale de l’ordinateur.

Les temps d’utilisation définis la plupart du temps par profil sont disponibles et facilement réglables dans les solutions de contrôle parental de Kaspersky Lab et Symantec et sur les outils système. Apple et Kaspersky Lab maîtrisent bien le contrôle des applications avec blocage inclus. La présence d’un contrôle des applications sur les autres outils permettant d’établir une comparaison n’a pas été enregistrée.  Chez Microsoft, les applications peuvent certes être gérées globalement en fonction de l’âge, mais elles ne peuvent pas être bloquées séparément. Symantec ne propose rien dans ce domaine. C’est pourquoi Symantec ne rend pas non plus compte du temps d’utilisation des applications, ce que tous les autres font en revanche.

À l’aide d’une bonne fonction de rapport, on peut rapidement déterminer si un enfant a lu beaucoup de contenus pour l’école ou s’il n’a fait que jouer par exemple. Ceci fonctionne de manière beaucoup plus précise et informative avec les outils de protection certifiés qu’avec les outils intégrés aux systèmes d’exploitation.

Test de certification des logiciels de contrôle parental

Kaspersky Safe Kids et Symantec Norton Family ont réussi le test et ont été distingués

zoom ico
Kaspersky Safe Kids

La suite de contrôle parental nouvellement certifiée propose beaucoup de fonctions de protection flexibles et de bons rapports d’activités

zoom ico
Symantec Norton Family

Le logiciel de contrôle parental note sur demande toutes les transgressions et informe les parents

zoom ico
Microsoft Family Safety

L’outil de contrôle parental dans Windows 10 ne connaît souvent que le statut allumé ou éteint – il manque de flexibilité

zoom ico
Mac Parental Controls

Les rapports destinés aux parents sont peu détaillés

zoom ico

1

Test de certification des logiciels de contrôle parental

2

Kaspersky Safe Kids

3

Symantec Norton Family

4

Microsoft Family Safety

5

Mac Parental Controls

Pièges à argent sur Internet

Bien entendu, les enfants constituent eux aussi une bonne source de recettes, car il est facile de les attirer. En particulier avec les jeux en ligne ou les applications de jeux, on peut acquérir des équipements numériques supplémentaires pour peu d’argent. Pour empêcher cela, il faut que le logiciel de contrôle parental puisse également contrôler les applications et bloquer les sites Internet tels que ceux qui proposent des équipements numériques supplémentaires. De même, la publicité qui veut attirer les enfants sur des sites spéciaux devrait être aussitôt bloquée par un bloqueur de pub.

Comme nous l’avons déjà mentionné, seuls Apple et Kaspersky Lab peuvent contrôler les applications. Microsoft ne peut les filtrer que globalement suivant l’âge indiqué dans le profil, ou les activer ou les désactiver tous ensemble. Les outils système ne sont pas en mesure de filtrer des sites Internet inappropriés, car ils ne connaissent pas les catégories de filtre nécessaires. Seuls les outils de protection de Kaspersky Lab et Symantec le peuvent. L’outil interne de MacOS est le seul à fournir le bloqueur de publicités nécessaire – Kaspersky Lab, Symantec et Microsoft n’en disposent pas.

Quand des étrangers attirent les enfants avec des bonbons virtuels

Souvent, les enfants nouent des contacts virtuels en toute naïveté. Certains adultes en profitent et se font passer pour des enfants du même âge à l’aide de profils falsifiés. Les testeurs ont appelé cette catégorie « Protection contre le pédopiégeage (grooming) ». Cela signifie que des étrangers essaient de s’attirer les bonnes grâces des enfants, leur envoient des cadeaux virtuels et essaient ainsi de leur soutirer des informations. À l’aide de ces informations ou de secrets embarrassants, ils font du chantage aux enfants et exigent d’eux des photos de nus, voire plus. Pour fournir une bonne prévention sur ce point, le contrôle parental devrait être doté d’un outil réseaux sociaux, contrôler la saisie de données personnelles, identifier les contenus explicites tels que les photos de nus ainsi que documenter tout le flux de données, les accès aux sites et autres opérations.

Seul Kaspersky Lab et Symantec proposent un outil réseaux sociaux utile. Et Symantec est même le seul à posséder un outil de surveillance de saisie de données personnelles prédéfinies. Un outil capable d’analyser des images et leurs contenus est certes techniquement possible, mais reste malheureusement introuvable dans les solutions testées. Les fonctions de rapport des systèmes d’exploitation ont dans ce cas peu de choses à rapporter puisqu’elles ne sont pas capables de dresser un compte-rendu des opérations. Kaspersky Lab et Symantec ont indiscutablement une longueur d’avance dans ce domaine.

Sécurisation de la sphère privée – un vol d’identité est vite arrivé

La plupart des attaques sur Internet visent des informations précieuses, telles que les données d’accès aux banques, boutiques ou autres prestataires. Pour ce genre d’attaques, les cybercriminels se cachent derrière d’autres identités qu’ils ont bien entendu volées auparavant. Les outils utilisés pour les attaques sont toujours assez semblables : par exemple des e-mails infectés, des bannières de publicité contenant des programmes malveillants ou des sites falsifiés qui exigent la saisie de données personnelles, de données d’accès et de mots de passe.

Les experts réclament donc que différentes mesures de sécurité soient intégrées au logiciel de contrôle parental afin de faire face aux menaces citées plus haut. Ces mesures incluent une défense classique contre les programmes malveillants, un bloqueur de publicités et une fonction ou un outil pour protéger les données personnelles.

Les systèmes de Windows et MacOS sont dotés d’outils internes qui doivent protéger contre des attaques de malwares. Windows utilise pour cela Defender, sa propre suite de protection, mais il n’a pas de bloqueur anti-pub et ne protège pas les données personnelles. MacOS a en plus de son outil contre les programmes malveillants un outil de protection de la sphère privée et un bloqueur de publicités. Les programmes de Kaspersky Lab et Symantec misent sur le fait que les utilisateurs emploient déjà leur suite antivirus et le contrôle parental comme outil supplémentaire, ceci constituant dans les deux cas une combinaison très efficace.

Les deux fabricants ne proposent le bloqueur de pub que dans leurs suites antivirus – mais pas dans le logiciel de contrôle parental. Seul Symantec propose l’outil de protection de la sphère privée pour protéger les données personnelles.

Social Media

Nous voulons rester en contact avec vous !  Recevez simplement et régulièrement les dernières informations et les publications de test.